Ludwig Mies van der Rohe



Si le modernisme devait s’associer à l’idée de perfection, il le ferait certainement en référence à l’œuvre de Ludwig Mies van der Rohe ; tant son architecture, ses aménagements intérieurs , son mobilier , incarnent à eux-seuls tous les idéaux esthétiques du mouvement moderne.

Pureté de la ligne, élégance, minimalisme, sens infaillible de l’espace et des proportions, toute son œuvre a eu une influence stylistique considérable ; si bien que beaucoup de professionnels de l’architecture, de l’art et du design, le considèrent comme l’architecte-designer du siècle … du XXème siècle qu’il a façonné à travers son parcours hors norme qu’il débuta en tant que tailleur de pierre, puis en intégrant le « Deutscher werkbund« , pour diriger soudainement le Bauhaus en pleine crise, avant de finir comme super-star de l’avant-garde américaine.

Il est étonnant de remarquer qu’il est toujours associé au slogan  « less is more » ; devise qu’il n’a pas proprement inventée mais plutôt incarnée. Lui-même se définissant comme un acteur de la « pensée en action » plutôt que comme théoricien.

Biographie de Mies van der Rohe.

Mies van der Rohe nait à Aix la Chapelle en 1886 né le 27 mars 1886. Son père était entrepreneur dans la construction.
de 1900-1902, il devient apprenti tailleur de pierre dans l’entreprise familiale; puis étudie l’architecture à Berlin. Il se passionne très rapidement pour l’architecture néo-classique de Karl Schinkel.
En 1905, il intègre l’agence de Bruno Paul dans laquelle il reste deux années.
En 1907, sa carrière change définitivement quand il intègre l’agence de Peter Behrens dans laquelle il côtoie Walter Gropius et Le Corbusier.
En 1908, il créé une agence d’architecture à Berlin. C’est à cette époque qu’il ajoute le patronime de sa mère dans son nom : il devient Ludwig Mies van der Rohe.

Les premiers projets expérimentaux

Après avoir réalisé quelques projets assez classiques, notamment  la Riehl House à Potsdam, il intègre le groupe November qui réunit les artistes de l’avant-garde allemande comme Otto Dix,Lyonel Feininger, Wassily Kandinsky et l’influentGeorge Grosz…. Son style y est encore très expressionniste à l’image de l’avant-garde allemande.

A partir de ces années, il conçoit quatre grands projets expérimentaux qui ne seront jamais réalisés, dont la fameuse tour de verre qui fera la renommée du jeune architecte aux idées révolutionnaires.
Déjà on note chez le jeune Mies la volonté de d’orienter l’architecture vers le fonctionnalisme, à ceci près, que chez lui, la fonctionnalité sera toujours associée à une certaine idée de l’espace.

En 1920, Mies créé une première table à manger en bois rose avec les chaises assorties pour son appartement.
En 1926, il dessine le mémorial de Rosa Luxembourg :

 Mies van der Rohe designer

Faisant partie de l’avant-garde allemande, il suit avec intérêt les avancées techniques du Bauhaus ; notamment les inventions de Marcel Breuer et de Mart Stam. Il propose à partir de la seconde moitié des années 20 une gamme de fauteils, chaises, tables en acier tubulaire qui resteront des classiques pratiquement indémodables. On note la volonté de Mies de créer un mobilier en acier tubulaire tout en courbure. Tout comme Mart Stam et Marcel Breuer, lors de l’exposition de 1927 au Weissenhofsiedung de Stuttgart, il expose des chaises et des fauteuils usant de la technique du Porte-à-faux.
Durant cette période, il collabore avec Lilly Reich (la dite première femme du Bauhaus), à l’élaboration de meubles complètement minimalistes. Pour la maison Tugendhat à Brno, ils conçoivent ensemble le siège Brno qui restera un classique.

Le pavillon Barcelona

En 1929, il est retenu par les autorités allemandes pour concevoir le pavillon allemand l’exposition universelle de 1929. A cette occasion, il dessine et conçoit ce qui restera le chef d’oeuvre absolu du modernisme : le pavillon allemand appelé plus tard, le pavillon Barcelona.

A cette occasion, il expose le fameux siège du salon de réception du souverain espagnol Alphonse XIII. Les piétements en acier trempé reproduisent les structures des sièges romains et situent l’ambiguïté de l’oeuvre de Mies dans le modernisme : ses créations resteront longtemps inabordables pour le grand public du fait qu’elles n’étaient pas forcément destinées à la fabrication en série. C’est la raison pour laquelle, il a toujours gardé une place en retrait par rapport au Bauhaus, en faisant tout simplement fi de ses engagements politiques de ses premières années.

Il réalise en parallèle la Villa Tugendhat (République tchèque)  qu’il achève en 1930. C’est alors qu’il conçoit le siège Tugendhat qui est une variante du siège Barcelona  (ils diffèrent au niveau du piétement).

La période Bauhaus

En 1930, en pleine crise politique à l’intérieur de l’établissement, Walter Gropius l’appelle pour diriger l’école afin de remplacer son deuxième directeur : Hannes Meyer. Mies, afin de dépolitiser l’école, décide de licencier certains de ses cadres historiques et d’orienter l’école essentiellement vers l’architecture. Il fait déménager l’école à Berlin, mais ne peut résister longtemps à la vague anti-moderne que propage le nazisme. Le Bauhaus ferme définitivement en 1933. Quelques années plus tard, Mies décide  s’exiler aux Etats-Unis.

La période Américaine

En 1937-8, il fonde un cabinet d’architecte dans la ville prospère de Chicago. Il va y dessiner des dizaines d’immeubles selon un procédé qu’il élaborera lui-même et qui définira le style de la ville.
A partir de la fin des années 40, dans une Amérique qui retrouve le chemin de la prospérité, il fait connaissance avec Hans Knoll qui va devenir l’éditeur exclusif de ses créations mobilières. Ils trouvent ensemble des améliorations techniques qui permettent la production en série des créations mobilières de la période Bauhaus. De ce fait, elles deviennent très rapidement des incontournables des magasins de design du monde entier.
Cette période de l’après-guerre voit naître le mythe Mies van der Rohe.
Il conçoit de 1946-1951, la maison Farnsworth à Fox River dans l’Illinois qui est souvent présentée comme la maison du siècle dans les catalogues et magazines d’architecture.

Dans les années 50, il dessine et fait construire l’immeuble Seagram à New-York qui va définir son esthétique de gratte-ciel.
Il participe à de nombreux projets qui useront toujours cette même volonté de concevoir des espaces intérieurs comme des espaces mono-blocs superposés dans laquelle la structure en acier se fond dans le décor afin de reproduire le même esprit que celui des édifices religieux.

Mies meurt en 1969 à Chicago.

A voir aussi

le mobilier célèbre de Mies van der Rohe
site officiel de la fondation Mies  an der Rohe avec l’essentiel de ses projets architecturaux.

Partager cet article sur les réseaux sociaux ...