ART-ZOO.com … renaît ;-)



Il y a quelques temps déjà, était lancé le projet art-zoo. Il était question de parler d’art et d’architecture sous un angle un peu subversif concernant l’esprit français : c’est-à-dire sous l’angle de l’art que l’on aime pas … je veux parler de l’art objectif. Terme qui prête toujours à confusion, car l’art dit objectif ne produit pas toujours des objets … son sens est à prendre plutôt par la négation qu’il sous-entend : l’art objectif est tout simplement la négation de l’art subjectif.  En d’autres termes, la subjectivité de l’artiste, son histoire, son côté démiurge, son expressionnisme, son geste, sa capacité à se prétendre au dessus de l’humanité, à se sentir le héros de la société moderne ; on s’en fiche un peu. On laisse cela à ceux qui veulent admirer et qui n’ont d’autres buts dans la vie que celui-là … ce qui est intéressant, c’est ce que font les hommes ; et de savoir si une forme d’art peut en découler. D’acter tout simplement le renversement matérialiste.

Il était donc question de parler d’artistes, d’architectes, de designers dont on parle un peu moins en France et en francophonie. La disparition récente de Morellet aidant un peu à passer à l’acte, il expliquait dans cette vidéo que « cette forme d’art n’a jamais marché en France ». Je m’m’interrogeais donc sur la question du pourquoi  … Pourquoi en est-il ainsi ? … Existe-t-il une fatalité française ?  Cette question bien évidemment politique est fascinante. Je la laisserai en suspend en bornant au seul constat expérimental du projet en lui-même.

On rencontre le Réel quand on se cogne dessus disait Lacan. Là tout est  le problème … He bien, après avoir écrit des dizaines d’articles sur quelques créateurs et mouvements qui à mon sens ont façonné l’esthétique du XXème, et qui n’attendaient qu’ à trouver un petit intérêt envers des lecteurs, art-zoo.com s’est retrouvé pendant des mois, voire des années avec des audiences si minables que j’ai renoncé à l’idée même de poursuivre un travail complètement vain, ne sachant qu’en faire, de ce site … je l’ai donc laissé vagabonder …

Et puis la magie d’internet faisant son oeuvre, le site a trouvé soudainement son public. C’est allé très vite. ô divine surprise il affiche désormais une audience très respectable bien qu’il soit resté complètement mort. Je profite donc d’une période moins active au niveau de mon job pour lui donner une seconde vie. Le mettre tout simplement en vie avec des projets et des sections qui peuvent intéresser  un public.

Et puis pour prétendre à tout cela, je n’ai rien trouvé de mieux que de le faire sous l’étendard du Bauhaus … bien évidemment, le Bauhaus est un projet complètement mort . L’unicité de l’art autour de l’industrie et de ses méthodes n’a plus lieu d’être … car elle a gagné. C’est l’esprit du Bauhaus  qui importe et qui doit être pris dans un autre contexte. L’esprit du Bauhaus, c’est le savoir et la collaboration. Son expression se définit par le fait qu’il ne peut rien se passer dans l’art et dans la culture  sous la seule dimension  individuelle, séparée, kantienne et dissociée … disons-le … petite bourgeoise. C’est la collaboration qui importe ;  sinon, c’est la morbidité assurée.

Donc, voilà … art-zoo.com renaît.

 

Fulgence Ridal

Partager cet article sur les réseaux sociaux ...